Beignets2

Beignets de carnaval sans gluten

À l’occasion de la semaine de carnaval, je vous proposes une recette de beignets délicieux, très simple et très rapide.

👇 Voici la vidéo de la recette 👇

 

Si Mardi gras ou le carnaval tiennent leur nom et leur date du Carême – qui commence le lendemain mercredi des Cendres – la fête n’est, à l’origine, pas chrétienne, contrairement à la Chandeleur qui a lieu quelques semaines auparavant. Alors pourquoi se régale-t-on de bugnes, beignets, gaufres et autres crêpes et churros croustillants, à ce moment de l’année ? D’où viennent ces traditions gourmandes et festives ? Une historienne des fêtes vous explique l’origine de Mardi gras. De quoi briller lors du prochain déjeuner de famille

 

Un petit mot d’histoire sur les beignets

 

Comme en ce qui concerne de nombreuses fêtes traditionnelles, il y a une signification saisonnière derrière Mardi gras. En effet, la fête a lieu au début du printemps, et comme pour les Calendes de Janvier de la Rome impériale au début de notre ère, elle célèbre le commencement de l’année et la renaissance de la nature. On retrouve les mêmes défilés costumés dans les journées qui précèdent le Carême, la longue période de jeûne qui fait référence aux quarante jours passés par le Christ dans le désert. «Il était d’usage de manger alors en abondance», nous explique Nadine Cretin (1), historienne des fêtes. «Ce festin qui comprenait viandes et bouillons gras et se terminait par des pâtisseries simples à faire : des crêpes ou des beignets, des bugnes lyonnaises, des merveilles d’Aquitaine ou des gaufres. Il sous-entendait la prospérité, la fertilité, le retour de la lactation dans les étables et les bergeries, le renouveau de la nature», continue-t-elle.

Depuis quand déguste-t-on ces douceurs ?

«Il est cependant très difficile de donner une date précise à l’apparition de ces douceurs et de ces traditions tant elles sont anciennes et répandues en Europe, ajoute la spécialiste. Mais aujourd’hui, il y a une volonté de laïcisation, en étendant le Carnaval sur plusieurs journées et même sur plusieurs semaines, affirme-t-elle. Nous ne sommes plus attachés à la seule date des jours gras. Les fêtes de Mardi gras et les carnavals durent de plus en plus longtemps». Certaines pâtisseries ont une origine mieux connue. Ainsi à Lyon, la responsable de la pâtisserie confiserie À la marquise (2) confirme «La tradition des bugnes est arrivée à Lyon au XVIe siècle avec les marchands italiens. Mais l’histoire s’étant perdue avec le temps, il faudrait demander à mes ancêtres qui ne sont plus de ce monde, pour savoir à quand ceux-ci remontent réellement».

(1) Nadine Cretin, auteure de Fêtes de la table et traditions alimentaires, Éd. Le Pérégrinateur, 2015 et de Fête des Fous, Saint-Jean et Belles de MaiLes fêtes du Calendrier, Éd. Seuil, 2008.
(2) À la Marquise, 37 rue Saint-Jean, 69005 Lyon.

Les sources proviennent de: L’essence d’orient et de Madame Cuisine

Recevez 5€ de réduction sur votre premier achat!

En plus, nous vous tiendrons au courant des nouveaux articles publiés sur ce blog!

Vos informations ne seront jamais partagées avec des tiers. Pas de spam, promis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *